Vous savez, ce genre de moment où vous vous rendez compte d’un schéma répétitif dans votre vie ? En parallèle, des réponses pointent le bout de leur nez, mais votre cerveau bloque le passage et crée une sorte de beug. Les réponses semblent se perdre dans un brouillard. Et puis, finalement, un jour, quelque chose se passe. Les fissures ont progressivement fêlé le mur du mental, de l’ego et la lumière de la vérité éclate. Là, le coeur vit un soulagement merveilleux.

C’est ce qui m’arrive aujourd’hui, ce soulagement. Et après des années sans savoir quoi écrire, les mots semblent couler pour vous partager cette réalisation. Que bien soit fait à ceux qui lisent, ou non, cela m’importe peu je crois.

Depuis plusieurs mois, des événements très similaires apparaissent dans ma vie sans que je ne puisse comprendre leur signification. Je suis célibataire depuis une paire d’années. Cette dernière année, j’ai fait de belles rencontres, quatre qui ont eu le même schéma. Un premier contact merveilleux, la sensation de retrouver une fluidité d’échanges rare. Puis du jour au lendemain, les échanges s’arrêtent brusquement sans aucune explication. La première fois, je me suis dit, bon c’est étrange mais je ne fais pas de suppositions. J’étais simplement confuse. J’ai essayé de comprendre si cela venait de mes actions mais ça ne collait pas vraiment. Puis la seconde fois, un autre homme, des échanges riches et lumineux, puis plus rien. Là je trouve ça un peu ironique en comparant à la première expérience. Je rigole en silence. La troisième fois, c’est presque encore plus clair et limpide que la première fois, mais mon mental me bloque le message subliminal. La quatrième fois est certainement en cours. Les échanges avec cet homme sont encore plus puissants et là je sens le silence s’installer.

J’observe.

C’est en conversant avec des amies, que la vérité se fait bruyante. Elle surmonte le brouillard.

Je vis des rejets et des abandons pour arrêter de vouloir sauver les autres. Je n’arrive pas à prendre cette décision par moi même alors l’univers me donne un coup de main.

Je fais le lien avec l’observation que j’ai faite de la relation qu’y évolue avec ma mère. Elle vit le confinement, célibataire dans son appartement en pleine ville. Moi, je rentre d’un voyage et je me dis que je vais m’installer près d’elle, pour elle. Pourtant, je sais au fond de moi, qu’elle n’a pas besoin de moi. Et pourtant, je viens, je me pose là. Je ne vis plus ma vie. Je vis celle que je crois devoir vivre pour elle. Ou plutôt je nourris l’ego, la sauveuse.

Qui d’autre l’ego pourrait se donner tant d’importance que celle de sauver les autres, d’être celle qu’ils attendent.

Peut-être que mon éducation, être née femme, nourrit cela aussi. Je n’ai pas tant appris à rêver pour moi, à regarder sincèrement ce que je veux réaliser. On construit une croyance, de ne pas pouvoir être aimé, si on est pas utile. Et finalement, s’occuper des autres, c’est plutôt confortable non ? Ça nous éloigne un peu de nous.

Là en regardant l’autre (sans le regarder vraiment, juste depuis le regard de l’ego, du sauveur), on oublie de se regarder soi, de regarder nos ombres… mais surtout, de regarder notre lumière, notre réelle puissance.

Quel serait notre pouvoir, si nous vivions notre vie, notre vie à nous, pas celle de l’ego, celle qui coule sans que l’on n’y puisse vraiment rien, celle qui nous porte avec tant d’amour ? Quel serait notre pouvoir ? Ce tendre pouvoir. C’est peut-être ça, ce dont avons le plus peur, ce n’est pas tant regarder l’ombre, nos défauts, car ça l’ego aime bien nous le rappeler, mais c’est plutôt notre lumière, notre puissance dont nous avons peur.

Regarde ta lumière, être merveilleux que tu es,
Regarde ta lumière, Rayonne