Il y a quelques semaines, j’ai eu un petit moment de doute et de remise en question sur mon mode de vie. La vie nomade n’est pas toujours facile. J’ai fait ce choix de mode de vie pour économiser un maximum, sans devoir prendre un job de salarié en attendant que ma carrière de freelance décolle. Et si à l’heure où j’écris ces mots, une vague d’énergie positive me requinque, voici quelques conseils qui m’ont été bien utiles pour refaire surface.

1. Mon corps est mon temple

La première chose que j’avais envie de m’apprendre en étant nomade est de pouvoir compter sur moi même. Considérer mon corps comme ma maison et mon temple est un sentiment unique source de bonheur. En trouvant le calme et la paix en moi, je peux observer et vivre en toute sérenité les vagues d’énergies qui me traversent. La méditation est un merveilleux outil pour se recentrer. Le plus régulièrement possible, je médite 30 minutes chaque matin. 

2. Habiller mon espace

Lorsque j’étais petite, j’avais toujours un peu de mal à m’adapter à un nouvel endroit. Et comme je le fais alors, je me suis mise à orner mon espace d’objets qui me sont familiers. J’aime accrocher un foulard coloré, des images inspirantes ou disposer joliment mes livres. Parfumer délicatement ma nouvelle chambre de quelques gouttes d’huiles essentielles proprage rapidement une énergie bienfaisante.

3.  Avoir une routine

Ce n’est franchement pas la chose la plus facile à mettre en place. Et bien évidemment, je crois que c’est sans conteste l’un des outils les plus efficaces. Avoir une routine, aussi simple soit elle, apporte un rythme et des actions familières à des journées qui se suivent mais ne se ressemblent pas. Très simplement, je réalise trois actions chaque jour : méditation, faire mon lit et écrire dans mon journal. Faire de l’exercice, du yoga par exemple, est une belle activité à réaliser quotidiennement. Mais l’idée est d’avoir une routine que vous pourrez tenir facilement sur le long terme. Pas besoin de se mettre la pression pour faire une heure de jogging tous les matins, sauf si cela vous plaît.

4. Prendre du temps pour soi

Passer du temps seule peut sembler terrifiant quand on a l’habitude d’être constamment accompagné. Pourtant, c’est une merveilleuse opportunité pour aller à la rencontre de soi même. C’est un temps qui permet d’observer nos besoins, nos émotions et nos envies. Passer trop de temps avec les autres peut parfois cacher une dépendance affective. Et même si cela semble impossible de dépasser cette peur de la solitude, le plaisir d’être seul est incroyablement ressourçant.

5. Voyager léger

Comme quand l’esprit s’allège de déambuler dans une maison bien rangée, c’est très apaisant de voyager avec le strict minimum. Lors de mon premier voyage, en Nouvelle-Zélande, j’avais un énorme sac à dos et un plus petit sac tout aussi lourd sur le ventre. Lorsqu’il fallait marcher au soleil pendant 1h, le voyage devenait presque une punition. Aujourd’hui, même si ça me prend plus de temps, je réfléchis pour optimiser le contenu de mon sac. Pour cela, je regarde le climat et je prends en compte les activités auxquelles je vais prendre part. 

6. Ralentir

Lors de mon premier voyage, j’avais la fièvre nomade. Je voulais le plus de choses possibles dans le temps qui m’était imparti. Je me suis rendue compte, que je ne profitais pas du tout des endroits que je visitais car j’enchaînais trop rapidement les lieux. Ralentir permet vraiment d’apprécier le lieu tel qu’il est. Respirer l’atmosphère, la vivre et l’habiter. Prendre le temps d’Être plutôt que faire est la plus belle leçon que j’ai appris en voyageant. 

7. Rencontrer des gens

Pendant longtemps je croyais qu’il fallait absolument que j’arrive à vivre et voyager toute seule pour apprendre à m’apprécier telle que je suis. Je me suis rendue compte que ça ne fonctionnait pas vraiment comme ça. Rencontrer des gens donne de l’énergie. Le tout est de trouver l’équilibre pour ne pas en abuser et tomber dans la dépendance affective. Sortir, rencontrer de nouvelles personnes fait un bien fou et permet de sortir d’un tourbillon de pensées négatives. Nous ne sommes pas nos pensées, alors op’, bougeons nous et agissons pour vibrer plus haut. Prenez le temps de faire du woofing ou vous arrêter une ou deux nuits dans une auberge de jeunesse, vous ferez des rencontres merveilleuses.

Ces conseils sont complètement subjectifs et tirées de ma propre expérience,
si vous avez d’autres à partager ou si ces conseils vous ont aidé, je serais heureuse de vous lire dans les commentaires.

À bientôt, Coralie